Ahüzki, connu par sa célèbre fontaine est aussi un haut lieu du pastoralisme en Soule. Cette très belle randonnée permet de découvrir un milieu très original aux multiples facettes. C’est le massif karstique des Arbailles, une moyenne montagne humanisée. Tout y est : le patrimoine naturel avec des curiosités géologiques surprenantes, une faune et une flore très riches, mais aussi la relation étroite entre l’homme et le milieu, avec les pâturages et les nombreux troupeaux en estive. L’itinéraire passe près de plusieurs cayolars et offre des points de vue saisissants sur la montagne basque.

Informations
pratiques

Informazio praktikoa

Départ : AUSSURUCQ
Dénivelé positif : +539m
Balisage : Jaune
Equipements et services : Panneaux d'information
  • Distance10.5km
  • Mobiliteà pied
  • Durée5h30
  • DifficultéDifficile

VoitureComment venir ?

Se rendre à Ahüzki par Aussurucq ou Alçay côté Soule, ou bien par Mendive si vous arrivez de Saint-Jean-Pied-de-Port. Se garer au croisement juste au dessous de l’auberge, au col d’Ibarbürüa.


Conseils du randonneur

Bien regarder la météo avant de partir
Être bien chaussé
Prévoir suffisamment d’eau
Garer sa voiture sur les places prévues
Ramener tous vos déchets
Suivre les sentiers balisés
Tenir son chien en laisse
Fermer les barrières après votre passage
Pour adopter les bons gestes, consultez le site www.reussirmarando.com

Détails de l’itinéraire

Ibilbideari buruzko xehetasunak

  1. Col d’Ibarbürüa

    Repérer le panneau « Fontaine d’Ahüski ». Se diriger vers l’auberge et suivre la route qui monte en lacets vers la fontaine. Suivant la saison, on peut observer de nombreuses orchis (genre d'orchidées) au bord du chemin. Après quelques virages, prendre le sentier à gauche. Penser à faire le plein d’eau en passant à la source, c’est le seul point d’eau de l’itinéraire. Redescendre légèrement et longer les abreuvoirs. Le sentier progresse maintenant à flanc de montagne et, après plusieurs passages rocheux, débouche sur un vaste dôme arrondi. Attention, être très vigilant par temps de brouillard car c’est une zone de pâturages sans sentier bien marqué, sans relief pour se repérer. Suivre les piquets de balisage en restant le plus possible sur la croupe légèrement descendante en direction d’un bosquet de hêtres. Passer à droite des arbres et descendre plus franchement. La sente est maintenant mieux marquée. Suivre les piquets jusqu’à la piste. Tourner à droite et avancer jusqu’au cayolar de Lexarregibela tout proche. Fin de la piste.

  2. Cayolar de Lexarregibela

    Passer entre le cayolar et la salle de traite pour se diriger vers un petit vallon herbeux que l’on suit jusqu’à l’entrée de la forêt. A partir de là, changement de décor : on évolue dans une zone de lapiaz sous couvert forestier. Suivre le sentier creusé dans le rocher ou empierré par nos ancêtres pour faciliter la progression dans ce que le géographe Georges Viers nommait « l’enfer des lapiaz ». Franchir un petit col et descendre en lacets. Le sentier traverse une piste forestière et, après de nouveaux lacets, débouche sur un immense plateau : le poljé d’Elzarre.

  3. Poljé d'Elzarre

    Prendre la piste à gauche. Longer le plateau avant d’entrer dans le bois. Remonter jusqu’au cayolar d’Istaurdi à 2,5 km d’Elzarre. Ne pas prendre à gauche la piste qui mène à Lexarregibela. Continuer tout droit jusqu’à une épingle à cheveux, au niveau d’un ravin.

  4. Ravin d'Istaurdi

    Quitter la route et monter par un sentier à gauche du ravin. On atteint bientôt le col d’Inharpu près de la D417. Ne pas prendre la route et monter à gauche sur une centaine de mètres en suivant les piquets de balisage. Suivre le sentier qui surplombe la route jusqu’au virage au-dessus de l’auberge et rejoindre le parking par la petite route.

Point d'arrivée