Aller au menu principal Aller au contenu
Yoni

Saint-Jean-de-Luz : La cité royale !

Donibane Lohizune

Saint-Jean-de-Luz  est une  ville authentique au passé particulièrement riche, le mariage de Louis XIV, les corsaires et l’influence de la vie maritime donnent à cette station balnéaire renommée tout son cachet.
Forte de sa gastronomie et de ses animations, de son patrimoine culturel et naturel avec ses 5 plages, elle associe en parfaite harmonie tous les avantages d’une villégiature réussie. 

Un peu d'histoire

Mariage de Louis XIV 

Tous les livres d’histoire, les guides touristiques vous parleront du mariage de Louis XIV avec  Marie-Thérèse d’Autriche, Infante d’Espagne qui eut lieu à Saint-Jean-de-Luz le 9 juin 1660. Certes ce n’est guère l’apothéose d’une belle histoire d’amour mais juste la concrétisation d’un traité de paix qui mettra un terme à une guerre entre l’Espagne et la France. Rien de tel qu’un beau mariage entre cousins pour consolider de bonnes intentions… 
Mais qu’en est-t-il de la réaction des luziens dont les fastes et les arcanes du pouvoir sont à mille lieux (beaucoup plus en réalité) de leur quotidien ? Nul ne peut savoir ce que fut, pour les simples pêcheurs du port, l’arrivée de la cour, de toute sa logistique et de la garde, des centaines de personnes, pendant plusieurs mois, extraordinairement riches, extrêmement arrogants et exigeants. Certains ont bien saisi l’opportunité pécuniaire de l’évènement : le roi a eu quelques largesses pour les notables et le clergé, d’autres ont flairé le « bon coup de com » : on dit que les macarons Adam ont été présentés à la cour qui a de suite raffolé de cette gourmandise. D’autres n’ont pas réalisés que la présence royale changerait leur destinée sur plusieurs générations. En effet on peut encore visiter de nos jours la maison Louis XIV où séjourna le prestigieux Louis. Mais il faut espérer que chacun pu profiter du spectacle car la ville fût lourdement endettée pendant des décennies après les noces royales. 

Les corsaires 

Mais les rois n’avaient pas fini d’entendre parler de Saint-Jean-de-Luz. En effet la cité s’est fait remarquer par la qualité de ses pêcheurs reconvertis en corsaire au XVIIème et XVIIIème siècles. Attention, ne pas confondre Pirates et Corsaires. Les pirates sont des brigands sanguinaires qui pillent les bateaux ennemis, les corsaires sont des brigands sanguinaires qui pillent les bateaux ennemis sur ordre du roi… Rien à voir… Toujours est-il que bien des fortunes se sont bâties à cette époque comme en témoigne les imposantes maisons d’armateurs du quai de l’infante et des environs du port. Les visites de ville de l’office de tourisme et des guides conférenciers du Pays d’Art de d’Histoire vous conteront ce pan d’histoire passionnant.

L’océan 

Ils vous parleront également du mystérieux « Quartier englouti » et des inondations qui ont amené Napoléon III à faire construire les digues qui protègent toujours des tempêtes la ville et le port. Pendant des siècles et jusqu’à récemment, l’océan a provoqué un mélange de crainte et de reconnaissance. 
De craintes car il faut affronter ses fureurs pour aller chasser les baleines dans de frêles esquifs, puis plus tard partir des mois en campagne de pêche, même de nos jours, la pêche au large reste un métier dangereux. 
De reconnaissance car toute l’économie est basée sur les ressources halieutiques. Longtemps premier port sardinier de France, ce n’est pas moins de 10 000 tonnes de poissons d’espèces différentes qui sont commercialisées à la criée de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure tous les ans et qui placent cette criée au 6ème rang en valeur sur 36 en France.

Saint-Jean-de-Luz aujourd'hui

Les 5 plages

Pour le moins, vous avez le choix… Nombreuses mais également très différentes, elles ont chacune leur charme. A vous de choisir la plus adaptée à vos envies. 
La grande plage. Au cœur de la ville, elle est protégée par les 3 digues nommées digue du Fort de Socoa, de l’Artha et de Sainte Barbe. Ces barrières empêchent la houle d’entrer dans la baie ce qui garantit une mer assez plate et calme, très sécurisante pour la baignade. 
Mayarco, Senix, Lafitenia, Erromardie. Elles se situent au nord de la ville dans le quartier Acotz qui regroupe les campings. Les surfeurs y côtoient les familles en bonne entente. Erromardie est la plus calme. Lafitenia, la plus difficile d’accès avec sa remontée un peu raide est la moins fréquentée. Makarco forme un lagon à marée basse, idéal pour les tout petits et Senix, la plus petite, reste la plus sauvage.  
 

La rue Gambetta

Rue piétonne où il fait bon flâner, située dans le cœur historique, il faut prendre le temps de lever la tête pour admirer les maisons à colombage. Un arrêt s’impose à l’église Saint-Jean-Baptiste, classée au titre des monuments historiques. Construite au XVIIe siècle elle étonne par la hauteur de ses galeries et la richesse de son retable. 
Mais la rue Gambetta c’est également d’innombrables boutiques dont plusieurs enseignes centenaires. Les maisons Pariès et Adam pour les gourmands, la maison Laffargue, maroquinerie internationalement connue et reconnue, les poteries Goicoechea, le linge basque Lartigue et bien d’autres adresses de qualité dont certaines sont dotées du label du patrimoine vivant qui distingue des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d'excellence. 
Après votre shopping, au bout de la rue, les terrasses des bars et restaurants de la place Louis XIV vous accueillent pour une pause bien méritée. Centre névralgique des animations vous aurez peut-être la chance d’assister à un concert ou un spectacle, régulièrement organisé sur le kiosque. 

La colline de Sainte Barbe

La vue offerte depuis la pointe de Sainte-Barbe est une véritable carte postale des paysages du pays basque ! Tout y est. Côté mer, nous avons les bateaux qui prennent la mer, le fort de Socoa, les surfeurs, les vagues qui s’écrasent sur les digues, les plages de Saint-Jean-de-Luz et les imposantes falaises de flysh. Ce tableau, présenté avec en arrière-plan les montagnes de la Rhune et des Trois couronnes, est souligné par les couleurs si typiques des façades des maisons basques. 
Située sur le sentier du littoral, la pointe de Sainte-Barbe est un havre de verdure qui accueille de nombreuses familles attirées par l’aire de jeux. Vous y trouverez facilement de la place pour pique-niquer à l’ombre ou prendre un verre à la petite guinguette. C’est également la destination de nombreux badauds de Saint-Jean-de-Luz. 

Les animations

Animazioak

Saint-Jean-de-luz est une ville très animée tout au long de l’année. La culture basque, très riche, fait la part belle à la danse, le chant et la pelote : des grands classiques de l’été. Les animations sur le kiosque de la place Louis XIV sont quasi quotidiennes, toujours gratuites elles apportent une touche festive à vos journées.

Inscription newsletter Buletinaren harpidetza

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour recevoir en exclusivité les bons plans, les nouveautés et les offres promotionnelles de l'Office de Tourisme Pays Basque