Photo
Photo : © ADT 64

Disons-le sans détours, le col de Méhatché est certainement l'un des cols pyrénéens les plus difficiles à gravir à vélo, si ce n'est l'un des plus difficiles de l'Hexagone. Très souvent, la pente se situe dans une fourchette de 15 à 20% (certes dans un décor grandiose), trop prononcée pour les braquets classiques des vélos de route (un VTT sera mieux adapté).
Approché par le très court mais redoutable col de Légarré, le défi s'apparente à un véritable « chantier », qu'il convient d'aborder avec une excellente forme physique et une bonne préparation.

Informations
pratiques

Informazio praktikoa

  • Départ : ESPELETTE
  • Dénivelé positif : +800m
  • Distance16km
  • Mobiliteà vélo
  • Durée2H
  • DifficultéDifficile

Comment venir ?

Depuis Bayonne (sortie n°5 de l'A63), prendre d'abord la direction de Cambo en suivant la D932 sur 14 km. Rester sur la départementale qui évite le centre de Cambo par la droite, puis sortir par une bretelle à droite. Au rond-point, suivre à droite la direction d'Espelette (D918), que l'on rejoint en 3 km. Vastes parkings indiqués en centre-ville.

Conseils du randonneur

Bien regarder la météo avant de partir
Être bien chaussé
Prévoir suffisamment d’eau
Garer sa voiture sur les places prévues
Ramener tous vos déchets
Suivre les sentiers balisés
Tenir son chien en laisse
Fermer les barrières après votre passage

Pour les cyclistes :
Port du casque recommandé - Obligatoire pour les - de 12 ans
Respecter le code de la route

Pour adopter les bons gestes, consultez le site www.reussirmarando.com

Détails de l’itinéraire

Ibilbideari buruzko xehetasunak

  1. Mondarrain

    À Espelette, depuis l'Office du Tourisme , descendre la rampe cimentée entre château et fronton puis gravir la rue en sens unique vers le centre-ville. Rouler tout droit dans la rue commerçante ; au bout, au carrefour en T, tourner à gauche vers le trinquet. Virer à droite après ce dernier (« toutes directions »), en longeant une halle. Au rond-point de la D918, choisir en face la D249 vers Itxassou. Suivre cette route ondulatoire en fond de vallée sur 3 km, pour un échauffement progressif. Au sommet d'une côte avec maison à droite, abandonner la D249 pour prendre à droite une voie secondaire fléchée « Mondarrain ».

  2. Harlépoa

    100 m après, au carrefour en Y, choisir la voie de gauche (chemin de Gerasto). C'est l'entame du col de Légarré ; la pente se redresse vite. À partir du moment où l'asphalte dessine des lacets (point de vue), se préparer à un kilomètre très difficile, sur une pente oscillant entre 15 et 20 % ! Les 300 derniers mètres paraîtront presque plats pour atteindre, entre trois maisons, le col de Légarré . Basculer sur l'autre versant, descente courte avec remontée sèche dès la première maison. La route descend ensuite dans une combe puis remonte sur le versant opposé. Au sommet de la côte, laisser en face la voie sans issue pour suivre complètement à droite le chemin de Gerasto, légèrement ascendant sur une croupe panoramique (Artzamendi en face). La route continue à alterner descentes et montées d'un vallon à l'autre (attention virage serré à droite à Harlépoa), jusqu'à atteindre un carrefour de routes

  3. Méhatché

    L'ascension vers le col de Méhatché reprend ici à droite (fléché « Artzamendi ») par un court passage à 15 %, histoire de se remettre dans l'ambiance. La route remonte ensuite en marches d'escaliers sur la rive gauche orographique de la vallée du Laxia, dans la forêt, un vrai casse-pattes à aborder sagement. Un pont (11 km) vous fait passer sur la rive opposée et, au détour d'un virage à droite en équerre, une rampe de 500 m à 16 % laisse la fâcheuse impression d'être collé au goudron. Un répit de 800 m est accordé dans la traversée du quartier Berandotze (12,3 km). Dépasser le bar Saint-Pierre (pause indispensable ?) et poursuivre en fond de vallée. Après un pont, la route tricote trois courbes à près de 20 % et atteint plus haut une nouvelle intersection en Y. C'est bien à gauche, par le « mur » sans équivoque, que l'ascension se poursuit. Les pourcentages sont perpétuellement redoutables, 15 % de moyenne sur 1,5 km, avec des pointes à 20 %. Mais le point de vue est magnifique et justifie à lui seul quelques pauses (en profiter pour souffler...). Les 400 derniers mètres vous séparant du col de Méhatché sont nettement plus humains. Au col de Méhatché , pour ceux qui ont encore quelques réserves, on peut continuer sur la route au-delà de la pierre levée. Encore 1,5 km de bitume très raide (13,5 % de moyenne) pour rallier le sommet de l'Artzamendi (radars).
    Au retour, pour éviter de remonter au col de Légarré, il est plus facile de faire toute la descente jusqu'au quartier Laxia (route en mauvais état) où, à gauche par le Pas de Roland, on rejoindra Itxassou. Ici, la D249 ramène à Espelette.

Point d'arrivée