chateau-baigura

Mendionde, Macaye, Hélette

Autour du Baigura
  • Territoire et destination

Les villages au pied du Baigura

Mendionde et Macaye

L'activité du village de Macaye est marquée par l'activité pastorale . Depuis 30 ans, la fromagerie Onetik, «Ce qui vient du bon » en basque, collecte le lait de brebis et de vaches de nombreuses fermes locales pour la transformer en fromage. Plus récemment, la collecte de lait de chèvre vient compléter le choix délicieux proposé en boutique sur la route qui mène à Mendionde. 
Comme le village de Macaye, Mendionde est une commune qui offre un véritable balcon sur les montagnes du Pays Basque, du Mondarrain jusqu'au pic d'Orhi. Le château de Garro y attire l'attention : cité depuis le 13ème siècle , il a été légué à la ville de Bayonne, puis à la commune de Mendionde au 20ème siècle. Le site est à présent un pôle d'agriculture biologique, il accueillait il y a encore quelques années le festival Euskal Herria Zuzenean.

Hélette

L’église du village de Hélette possède des galeries de bois datant de 1695. On peut y voir une statue de Saint Jacques le Majeur qui a tout l'attirail du pèlerin : gourde, bourdon et calebasse. Les pèlerins contemporains de Compostelle qui dorment au gîte communal suivent la variante de la voie de la Nive (non balisée) de Bayonne à Saint-Jean Pied de Port.

Baigura, un massif imposant

Au nord du Pays Basque depuis l'Adour, on voit le Baigura de loin car il est isolé entre province du Labourd et province de Basse Navarre.  Avec ses 897 mètres, sa forme régulière vue du nord lui donne un petit air de Fuji Yama apaisant. Au sud, les pentes sont abruptes et escarpées, y monter depuis Ossès est loin d'être une petite promenade. Le Baigura a toujours été au carrefour d'une activité économique variée: l'agriculture et le pastoralisme, l'exploitation forestière, le travail dans les carrières de kaolin jusque dans les années 1970. Plus près de nous, les loisirs sportifs et la randonnée avec la création de la base de loisirs du Baigura à Mendionde, entre Hélette et Louhossoa.

Un petit train pour aller toujours plus haut

Une route permet d'aller au sommet du Baigura mais elle est réservée à l'activité pastorale afin de préserver le site. Le Baigura est plébiscité depuis longtemps par les parapentistes qui y trouvent des conditions de vol optimales et un accès facilité. L'évolution des vautours les aide à repérer les courants ascendants, garantie d'un vol long. Le petit train qui fonctionne presque toute l'année à horaire variable selon la saison permet de profiter d'un panorama époustouflant sur les coteaux basques, les Pyrénées et au nord la vallée de l’Adour. Si on se balade avec les enfants, on peut demander un arrêt à mi-parcours pour profiter du sentier d'interprétation.

Une base de loisirs sportifs

La création de la base de loisirs du Baigura par les communes de Mendionde, Macaye et Hélette a permis à des professionnels de la montagne de proposer de nombreuses activités. Le must, s'envoyer en l'air en s'offrant le baptême en parapente! Mais il y a aussi d'autres façons de découvrir le massif : en l'escaladant sur les parois proches du sommet, en le parcourant à VTT, en le descendant en trottinette tout-terrain avec l'encadrement rassurant de pros de la montagne. C'est aussi un terrain de jeu pour la randonnée, demandez à l'accueil les différents itinéraires. Après l'effort et l'émotion, le bar et le restaurant de la base de loisirs sont les bienvenus... 

Le paradis des brebis et des pottoks

L'activité pastorale est prédominante sur le massif et les fermiers envoient une partie de leur troupeau de brebis (les plus résistantes) sur le Baigura à partir de juin. Cela leur permet de constituer leur stock d'alimentation de l'hiver sans puiser dans les réserves. Il existe une trentaine de bordes (des bergeries sommaires constituées d'un abri et d'un enclos de pierres). Avec les brebis cohabitent les pottoks, petits chevaux rustiques qui y vivent toute l'année. Courts sur pattes, ils se caractérisent par un gros ventre car ils ont besoin d'avaler en permanence de grandes quantité d'herbe pour se nourrir. On veillera toujours à garder nos distances car bien que très mignons, ils restent des animaux aux réactions imprévisibles.

 

En juillet et août, rencontre avec un berger

Avant d'être un terrain de jeu pour la balade et la randonnée, la montagne est un espace entretenu grâce à l'activité pastorale. Le vendredi matin en juillet et août, rendez vous à 9h30 à la base de loisirs du Baigura pour rencontrer un berger, comprendre son métier, la gestion du troupeau, le travail du chien et son quotidien à la montagne. On monte au sommet avec lui en petit train pour avoir une vue d'ensemble et trinquer... On conseille de prendre le pique-nique pour profiter du site et redescendre dans l'après-midi. 
Sur réservation 

Les incontournables

Les temps forts

Makea Oinez à Macaye

Créée en l'an 2000 pour et par les villageois, Makea Oinez (Macaye à pied en basque), la journée de randonnée pédestre de Macaye fait office de pionnière et est passée de... 80 marcheurs à plus de 900 ! Ce chouette rendez-vous rando propose trois circuits pour tous les niveaux : Ursuia, Baigura et Makea Oinez. Ce dernier est la quintessence pour le marcheur chevronné capable d'engloutir  38 km et 1930 mètres de dénivelé ! Depuis un an, un parcours en joelette rend la journée accessible à tous. Prochain rendez-vous en 2021, le 2ème dimanche du mois d'octobre.

 

la foire aux pottoks à Hélette

Le jour de la Sainte Catherine est une affaire sérieuse à Hélette puisque c'est le jour de la foire aux pottoks. Depuis 300 ans, le village organise le 25 novembre une des plus grandes foires du Pays Basque pour le négoce du pottok autrefois utilisé pour les travaux des champs. Le panel d'animaux du champ de foire s'est diversifié, on peut y voir différentes races de chevaux et poneys ainsi que des ânes.

 

Les Fête-Dieu

La Fête-Dieu, appelée Besta Berri en basque signifie littéralement «Fête Nouvelle » se célèbre le 2ème et 3ème dimanche qui suit la Pentecôte. Besta Berri est la seule célébration religieuse qui autorise la danse à l'intérieur de l'église: les Zapurrak (sapeurs) et les soldats aux costumes napoléoniens y entrent et exécutent des pas précis. Après la messe le matin ou les Vêpres l'après-midi, la procession du Saint-Sacrement se déroule sur la place du village et les makilari (les bâtonniers) complètent le cortège.